Travail du dimanche : quels effets réels sur l’emploi ?

FashionMag 26/1/15

La part des Français à se rendre dans les commerces le dimanche serait passée de 38 % en 1974 à 21 % en 2010. C’est ce qu’indique une étude Insee alors qu’est étudiée à l’Assemblée nationale le passage à 12 dimanches autorisés par les commerces. En parallèle, une commission d’analyse juge que l’impact du texte sur l’emploi serait minime.
 

 

Or, la création d’emplois est de longue date l’un des principaux arguments des pro-ouvertures dominicales. Une commission d’experts indépendants a été chargée par le gouvernement d’évaluer les effets des principales mesures de la loi Macron. Et ses conclusions ne s’avèrent pas particulièrement concluantes à ce sujet.
 
Au Canada, la dérégulation totale des ouvertures du dimanche a entraîné une hausse limitée à 3,1 % du nombre d’emplois, avec des pics à 12 % dans certaines provinces. L’impact serait bien moindre en France, puisque seuls douze dimanches par an seraient ouverts, contre une ouverture généralisée. Aux Etats-Unis, où la régulation varie selon les Etats, les restrictions coûteraient de 2 à 6 % de l’emploi total dans ce secteur. Aux Pays-Bas, les dérégulations intervenues en 1996 n’auraient dopé la moyenne du travail hebdomadaire des commerces que de 30 minutes.
 
De son côté, l’étude menée en 2014 sur le sujet par l’OCDE montre « une augmentation significative de l’emploi dans les pays qui ont connu un assouplissement de leur législation », selon la commission. « L’étude montre également un effet positif sur le chiffre d’affaires et sur le nombre des entreprises dans une majorité de secteurs. Ce dernier résultat peut suggérer que l’effet sur le petit commerce est limité, mais on ne dispose pas d’éléments permettant d’évaluer spécifiquement les conséquences de l’ouverture le dimanche sur le commerce de centre-ville. »
 

Difficile, donc, de définir l’impact qu’aura le passage à 12 dimanches ouverts autorisés. En attendant, une étude Insee montre qu’avant même le vote de la loi Macron, l’attrait pour les dimanches reste mesuré. Elle montre ainsi que les Français dédient en moyenne 62 minutes aux achats entrepris le dimanche, pour ceux qui les pratiquent. Le pic de fréquentation des commerces interviendrait à 10h40. « En revanche, le nombre plus important de magasins ouverts a accru les possibilités de faire des courses le dimanche après-midi », indique l’institut. 

Leave a Comment