L’attitude de La Poste pose un débat récurrent : l’homme est il fait pour le travail, ou le travail pour l’homme. Ici, la Poste se donne pour mission « d’accompagner le e-commerce ». C’est à dire que sous le prétexte que les serveurs Internet fonctionnent 7/7 (et 24/24), la Poste entend demander à ses salariés de s’aligner sur le rythme des machines. Il n’est pas certain que ce soit la bonne voie.

Du temps où un certain Macron était ministre de l’économie, il avait tenté de faire peur à tout le monde en évoquant Amazon pour justifier les dispositions anti-dominicales qu’il mit en place par la suite dans la loi du même nom. Il avait juste oublié que les salariés d’Amazon sont soumis aux mêmes règles que les autre salariés français, et que le succès d’Amazon n’est pas lié au travail du dimanche, du moins en France, mais à l’excellence de son organisation. La Poste devrait plutôt miser sur l’excellence que sur la tricherie, pour concurrencer les autres entreprises.

Avec Chronopost, le travail du dimanche gagne encore du terrain

L’entreprise livrera désormais le dimanche matin dans les grandes villes. La CGT et Sud dénoncent une décision unilatérale.

Le principe du repos dominical, déjà bien ébréché par la loi Macron en 2015 qui autorisait l’ouverture de très nombreux magasins le dimanche, est de nouveau attaqué, cette fois-ci dans le secteur de la livraison.

Read More