Emission Qui vive ? – Sacro-saint Dimanche ? – 10/09/17

Qui-vive ? reçoit l’historien Alain Cabantous, professeur émérite d’Histoire moderne à L’université Panthéon Sorbonne, pour retracer l’histoire du « dimanche » et explorer la signification de ce jour si particulier dans la semaine.

Le dimanche est le jour de toutes les contradictions : jour sacré du repos, il y a toujours eu des exceptions et des dérogations pour le travail du dimanche ; jour libre, jour chômé, il faut pourtant aller à l’Eglise et remplir ses obligations sociales; enfin jour de loisirs et de plaisir, il reste menacé par l’ennui, la glande ou la plus profonde angoisse…

L’occasion pour Qui-Vive de marquer aussi son passage du samedi ou dimanche !


Ce document, déniché par l'équipe du CAD dans les archives de l'INA, est véritablement extraordinaire !

Tout le monde se souvient de l'argumentaire de N. Sarkozy parlant des Champs Elysées, dont les magasins du côté droit seraient ouverts et du côté gauche fermés… à moins que ce ne soit l'inverse… « Le trottoir de droite en regardant l'Arc de triomphe, il est zone touristique : ils ont le droit d'être ouverts le dimanche. Le trottoir de gauche, tenez-vous bien, c'est pas une zone touristique. Fermé le dimanche ! » Et de s'esclaffer sur la supposée bouffonnerie de la réglementation française.

Tout parisien savait que le Président racontait n'importe quoi, et une dépèche de l'AFP est venu rapidement apporter un démenti officiel au gag présidentiel (ce qui n'a pas empèché Nicolas Sarkozy de le rejouer à quatre reprises !) :  les deux côtés des Champs Elysées sont bien classés zones touristiques d'affluence exceptionnelle, et peuvent donc y ouvrir le dimanche tous les magasins liés à la culture, les bars et les restaurants.

Ce document video historique, datant de 1991, démontre que ce n'est même pas Nicolas Sarkozy qui était l'inventeur du sketche, mais qu'il ne s'agissait que d'une reprise d'un certain Jacques Seguéla, à l'époque publicitaire au service de François Mitterrand, et qui a maintenant une place… toute spéciale dans le coeur du Président, en lui ayant fourni sa première rencontre avec Carla (tout ça pour dire qu'il n'y a pas qu'Eric Besson).

Cette video est aussi l'occasion de voir que de 1991 a 2009, les recettes ont peu changé : l'utilisation de faux-sondages, l'utilisation de campagnes de presse et de groupes de pression, parmi lesquels on trouve déjà Ikea et le Virgin Megastore, et François Doubin, brave ministre du travail du gouvernement Rocard, qui affirme bien sérieusement que « son objectif est de ne pas banaliser le dimanche« . La moustache en moins, c'est le Dr Carabistouille !  Comme quoi, toute la cuisine de Nicolas Sarkozy avait déjà été inventée bien avant lui.

 


Jean-Marc Ayrault interpelle le Gouvernement lors de la séance du 30 juin 2009.

En cause, la proposition Mallié, qui rend le travail du dimanche de plein droit, sans aucune contrepartie pour les salariés, dans toutes les communes touristiques, comme par exemple La Défense…

Xavier Darcos lui répond très vivement.

Nous laissons l’internaute juger de la pertinence de la réponse du Ministre. Dans l’hémicycle, la faiblesse des applaudissements témoigne que le Ministre n’a pas convaincu, même dans son propre camp…


Un débat extraordinaire : Isabelle Debré y fait la démonstation de…. je vous laisse regarder !
 
 
 
 

Public Sénat le 19/12/2008, 18H, Nicole Bricq et Isabelle Debré débattent du travail le dimanche. Mme Debré ne sait pas si l’ouverture des magasins le dimanche pourra créer des l’emplois !! et elle voit des manifestations partout de Français qui veulent travailler le dimanche… Pour Mme Bricq, l’arguement économique ne tient pas, la consommation n’augmentant pas dans les pays qui pratiquent l’ouverture le dimanche, surtout en période de récession où celle-ci diminue. Surtout que sur le plan social, l’argument du volontariat ne tient pas, en période difficile la pression sera trop forte sur les employés qui ne pourront pas refuser de se faire imposer de travailler le dimanche.


Le député Richard Mallié3999263762,64601,65542,65543 a déposé, le 12 novembre, une proposition de loi visant à étendre les dérogations au repos dominical, adoptée mercredi 3 décembre en Commission des Affaires sociales et jeudi 4 en Commission des Affaires économiques. Les discussions autour de la loi sur l’audiovisuel ayant fortement perturbé le calendrier parlementaire, le débat a été repoussé au 16 décembre. Le vote devrait avoir lieu en janvier 2009. 

Et le texte est loin de faire l’unanimité. Outre l’opposition, c’est au sein de la majorité que les contestations se font entendre, notamment dans une tribune signée par 60 députés et publiée dans le Figaro du 21 novembre. Ces derniers s’interrogent sur la question du volontariat prôné par les défenseurs du travail dominical. S’appuyant sur des rapports d’experts, ils invoquent également des conséquences négatives sur le pouvoir d’achat. Mais ce sont aussi des questions morales, philosophiques et religieuses qui sont soulevées.

Un débat très chaud, entre Balkany, Vidalies, Melcer, Thouvenel.