Daniel Dernoncourt, scandalisé par le travail dominical

Fin de conseil municipal, jeudi soir. Depuis plus deux heures, les délibérations défilent, sans cris d’orfraie ni prises de bec. C’est alors que Daniel Dernoncourt, l’adjoint aux finances [de la Mairie de Liévin, NDLR], dégaine.

Au détour d’un vote autour des demandes de dérogation au repos dominical. Dans le viseur de l’élu communiste, la loi Macron, qui permet au maire d’octroyer jusqu’à douze dérogations par an, au lieu de cinq auparavant. « Si nous n’y prenons pas garde, le travail du dimanche va devenir obligatoire. Pour nous, le repos dominical est un droit fondamental. »

Daniel Dernoncourt en a gros sur la patate, et tient à expliquer pourquoi : « Je trouve particulièrement scandaleux que l’État n’assume pas et fasse des élus locaux ses boucs émissaires. Le groupe communiste votera contre cette délibération. »

Effectivement, l’État « sous-traite » l’application de cette loi : ce sont les conseils municipaux qui doivent valider les demandes des employeurs souhaitant ouvrir plusieurs dimanches par an. « C’est du foutage de gueule, lâche carrément Laurent Duporge. Je ne vois pas pourquoi on veut consulter les maires. »

Ceci dit, l’édile reste pragmatique : « J’aimerais pouvoir rejoindre la position de M. Dernoncourt, mais si on vote contre, j’ai peur que ça ne porte gravement préjudice à la vie économique liévinoise. » Trois votes communistes contre donc, le groupe des Patriotes s’abstient, la délibération est adoptée.

Source : La Voix du Nord, 25/12/17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *