"Ce dimanche, dépensez-vous, pas votre argent!"

RTBE 3/10

"Ce dimanche, dépensez-vous, pas votre argent!" Sur ces tracts distribués à Liège ce vendredi matin, les syndicats dénoncent le travail du dimanche. Notamment à l’occasion du 5 octobre qui sera le Sunday Shopday. 3400 magasins resteront ouverts dans 185 villes et communes de Belgique. Les syndicats appellent au boycott de cette initiative lancée par Comeos, la fédération du commerce et des services.

Liège a reçu récemment le statut de Ville touristique qui permet de généraliser l’ouverture des magasins le dimanche. Place Saint-Lambert, ce vendredi matin, plusieurs dizaines de délégués syndicaux ont mené une action pour sensibiliser les Liégeois et les inviter à interpeller leur bourgmestre sur la question de l’ouverture le dimanche.

Nous étions sur place ce matin. Et si dans la rue, l’avis est partagé, celui des syndicats, lui, est unanime. Corinne Warnotte, déléguée CNE: "A part le secteur commerce, il n’y a pas grand monde qui travaille déjà les week-ends. Quand on a une famille, on a des enfants qui vont à l’école du lundi au vendredi. Les 3/4 des maris ne travaillent déjà pas le samedi, Madame est, elle, au travail. Si maintenant en plus de cela il faut venir le dimanche, je ne sais pas quand on pourra encore faire quelque chose en famille. Et puis il faut vous dire que si les magasins sont ouverts le dimanche, ce sera souvent des contrats précaires".

Vicky Hendrick est permanente CGSLB. Ce qu’elle craint avec l’ouverture des magasins tous les dimanches, c’est que l’on passe à un système de faux volontariat: "Aller dans les bois, faire la cueillette des champignons, aller se détendre. Vous imaginez que vous iriez dire à votre chéri, désolé, mais ce dimanche, ce n’est pas possible parce que je travaille, alors que c’est l’anniversaire de votre petit? Il y a certains dimanches qui sont là, qui sont occasionnels, qui sont sur base d’un volontariat. Il ne faudrait pas, en ouvrant tous les dimanches, de passer dans un système de faux volontariat".

Erik Dagonnier

Leave a Comment