Travail du dimanche : "tous ouverts ou tous fermés"

M Bourrelier souffle, parce qu’il échappe momentanément à une amnende à laquelle il s’est lui même condamné. Il est à craindre que la même facture lui soit cependant présentée plus tard. Il a juste gagné le temps nécessaire à en provisionner le montant dans ses comptes, ce qu’il n’avait pas fait dans ses comptes 2012, et qui est une faute de gestion.

Lorsqu’il affirme ne pas bénéficier de dérogations à cause de ses parts de marché, qui seraient trop faibles, c’est inexact. Il n’en bénéficie pas parce que ses magasins ne sont pas implantés dans des zones qui ont été délarées PUCE après leur implantation. Après, il est bien possible que quelques amis bien placés puissent aider à la définition d’un PUCE, et nous sommes parfaitement d’accord avec lui quand il relève avec amertume que la loi Mallié institue des conditions de concurrence déloyale.

Mais pourquoi ne demande-t-il pas l’abrogation de la loi Mallié ???

Challenges 18/12

Condamné, depuis janvier 2012, suite à une plainte de FO, à ne plus ouvrir le dimanche sous peine d’astreinte, Jean-Claude Bourrelier, PDG fondateur de Bricorama risquait ce lundi 17 décembre, 37,7 millions d’euros d’amende. Le juge a débouté le syndicat. Bricorama n’a rien à payer, mais son patron continue de se battre.

Que pensez-vous de la décision du juge ?

C’est un grand soulagement. Une bonne nouvelle pour l’entreprise et tous ses salariés. Nous risquions de payer presque trois ans de résultat, ce qui est énorme. Cela nous donne aussi un peu d’espoir pour le pourvoi en cassation. Parce que, ce qui est complètement fou, c’est que nous soyons condamnés à fermer le dimanche ! Depuis quarante à cinquante ans, personne ne trouvait rien à redire à l’ouverture dominicale !

Que réclamez-vous aujourd’hui ?

On ne nous a accordé aucune dérogation sous prétexte que je n’ai que 3% du marché. On considère que ceux qui ont 70% du marché ont tous les droits. Je veux que la loi soit la même pour tout le monde. Moi, j’exécute la loi. Tout le monde doit être fermé le dimanche puisque je ne plus ouvrir depuis le 31 octobre. C’est pour ça que j’ai assigné en référé une vingtaine de magasins Castorama et Leroy-Merlin qui ouvrent le dimanche. C’est de la concurrence déloyale. Entre novembre et décembre, Bricorama va perdre de 4 à 5 millions d’euros de chiffre d’affaires à cause des fermetures le dimanche.

Vous prévoyez toujours de licencier ?

Il faut que je voie ça avec les syndicats, mais autant de chiffre d’affaires en moins risque d’entraîner la suppression de 400 à 500 postes. J’emploie 2600 personnes, s’il y a une baisse d’activité, je suis obligé de m’adapter à la conjoncture. Je voudrais que le gouvernement s’empare du sujet et mette tout le monde au même niveau. C’est un vrai capharnaüm. Il faut simplifier : tous ouverts ou tous fermés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *