Travail 24/24, 7/7 : Sarkozy l'a rêvé, la gauche le fera ?

Le blog d’HB, 7/12/12

Après le dimanche, la nuit. Le jugement qui vient d’être rendu concernant l’ouverture des magasins Sephora au-delà de vingt-et-une heure sur les Champs-Élysées est emblématique de la bataille tout entière, celle qui fait rage à propos du temps de travail. Très vite, les journaux ont titré dans un vocabulaire victorieux : « La justice a donné raison à Sephora », « Sephora gagne en partie sa bataille contre les syndicats », « Travail de nuit : Sephora obtient gain de cause » anticipant la décision de la demande d’appel que fait l’intersyndicale. Cette presse acquise ne manque pas de rappeler que la chaîne de cosmétiques est une filiale de LVMH. Ce n’est pas un détail anodin. Depuis longtemps l’enseigne de luxe ferraille dur, est vent debout déjà sur le travail le dimanche.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes que ce soit sous la gauche, sous l’ère Michel Sapin et Pierre Moscovici que la flexibilité sarkozienne advienne. Visiblement le chantage à l’emploi a payé avec les hypothétiques quarante-cinq emplois en péril ainsi que l’ont annoncé les pages de publicité couleur de deuil achetées au Figaro, au JDD ou au Parisien (ci-dessous). Qui y verrait une attitude sociale et citoyenne ne fait que se payer de mots ! Personne ne peut penser une minute que l’enseigne va dépenser de l’argent pour quarante-cinq employés et non pour elle-même visant un magot plus gros. Bluff pour gogos ! Ces pages de publicité sont une mascarade pitoyable, piège cher mais pouvant rapporter gros. Et ça marche ! Sephora se plaignait ainsi de risquer d’être condamnée pour avoir violé la loi. Ses larmoiements ont produit leur effet et ont été entendus. Travailler la nuit, travailler le dimanche, c’est donc déjà là. Sarkozy l’a rêvé, la gauche le fera ? H.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *