L’ouverture dominicale du Millénaire divise les élus

C’est un débat intéressant : le Millénaire va peut-être déposer son bilan. En cause : une mauvaise étude de marché, et un mauvais déroulement des implantations. Face au préfet, qui proposait une autorisation d’ouverture le dimanche pour pallier ces erreurs, la question qui se pose est celle de la responsabilité. Est-ce aux caissières et au personnel du Millénaire, de payer pour les erreurs commises par les promoteurs ? L’intercommunalité a répondu non. Nous nous en réjouissons.

Le Parisien, 27/09.

Dans une intercommunalité qui a toujours prôné le consensus, c’est un vote qui fait date. Mardi soir, les élus de la communauté d’agglomération Plaine Commune ont voté contre l’ouverture dominicale du Millénaire. Avec une voix d’écart – 17 voix contre, 16 voix pour —, les conseillers communautaires ont donné un avis défavorable à la proposition préfectorale de création d’un Puce (périmètre d’usage de  exceptionnel) permettant au centre commercial d’Aubervilliers de fonctionner le dimanche. 

Ouvert en avril 2011, le Millénaire a bénéficié pendant quelques semaines cette année d’une ouverture dominicale, en sus des cinq dimanches autorisés pendant les soldes et les fêtes de fin d’année. Le préfet de Seine-Saint-Denis lui avait délivré cette autorisation exceptionnelle pour 2012 « afin de compenser les difficultés d’accessibilité qui portent atteinte au fonctionnement de l’établissement ». Mais cet arrêté, aussitôt attaqué par cinq  (FO, CFCT, CGC, CFE-CGC, SUD), a été retoqué par le tribunal administratif de Montreuil début juillet.

Qu’à cela ne tienne, le conseil municipal d’Aubervilliers, inquiet de voir perdurer la faible fréquentation du centre — ce qui se confirme avec l’annonce récente du départ de la Fnac — s’est prononcé en février, à la majorité, en faveur de la création d’un Puce. L’intégration du Millénaire dans ce périmètre (il en existe une petite trentaine en Ile-de-) permettrait aux magasins de la galerie marchande qui le souhaitent d’ouvrir le dimanche, pendant une période de cinq ans.

Seul le groupe socialiste a voté pour la proposition

A Plaine Commune, la question du travail dominical et de la survie du petit commerce local face à ce mastodonte de 140 boutiques et restaurants a donné lieu mardi soir à un débat long et « très compliqué ». Seul le groupe socialiste a voté pour, la droite, le centre et les Verts ont voté contre, tout comme le conseiller général (PC) d’Aubervilliers Pascal Beaudet. Le reste du groupe communiste s’est abstenu, y compris Patrick Braouezec, le président de Plaine Commune, qui s’était pourtant déclaré plusieurs fois favorable à l’ouverture du dimanche.

« Dans la famille communiste, il y avait beaucoup d’élus hostiles, explique Patrick Braouezec. Plutôt que voter contre, nous avons estimé que Plaine Commune n’est pas compétente et avons décidé de ne pas aller à l’encontre du vote d’Aubervilliers. A 16 pour, 17 contre, c’est équilibré. » Le maire (DVD) d’Epinay, Hervé Chevreau, lui, a voté contre sans état d’âme. « Pas contre Aubervilliers, précise-t-il, mais parce que si l’on vote pour un Puce ici, c’est la porte ouverte à tous les autres centres, comme celui de Villeneuve-la-Garenne qui va ouvrir bientôt. Pour moi, le problème du Millénaire, ce n’est pas le dimanche, c’est l’accessibilité et l’absence d’une locomotive. »

Jérôme Jurjevic et le groupe écologiste estiment eux aussi que « les difficultés d’accès sont en cause » et arguent que « les salariés du Millénaire ne sont pas majoritaires à vouloir travailler le dimanche ». Assez remonté mardi soir, le maire d’Aubervilliers était hier simplement « déçu ». « C’est un mauvais signal envoyé au préfet, c’est certain, réagit Jacques Salvator (PS). Mais le préfet peut passer outre. » L’élu reste persuadé que « l’ouverture dominicale, qui permettrait de faire venir une clientèle parisienne, est capitale pour l’avenir du Millénaire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *