Ouverture dominicale : le négoce s’y oppose

 
La FNBM manifeste son opposition à la mise en place d’une nouvelle « dérogation permanente » en faveur d’un secteur spécifique.

La FNBM (Fédération du négoce de bois et des matériaux de construction) demande au gouvernement de renoncer à son projet de décret concernant l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche. En effet, le Ministre du travail, Xavier Bertrand, a fait part de son intention d’inscrire les établissements de vente au détail du bricolage sur la liste des secteurs pouvant déroger de droit au repos dominical en application de l’article L. 3132-12. Le Ministre a précisé que cette inscription se fera par décret en Conseil d’Etat et souhaite agir avant la fin de la mandature. Notant que les négociants achètent, stockent et distribuent des produits pour la construction à des particuliers pour le quart de leur CA, la Fédération considère l’octroi au secteur du bricolage d’une dérogation pour ouvrir le dimanche nuisible à ces entreprises de négoce de bois et de matériaux de construction. Agissant auprès d’une clientèle identique à celle des GSB, les négociants se verraient confrontés à une distorsion de concurrence résultant de la possibilité pour des particuliers, mais aussi pour les professionnels qui le souhaitent, de s’approvisionner le dimanche alors que les négoces seraient fermés. La FNBM estime qu’ « une telle mesure aurait aussi pour effet de favoriser l’essor du travail dissimulé car nombre de professionnels seraient tentés, pour les plus fragiles d’entre eux, de travailler le dimanche sachant qu’ils pourront s’approvisionner à proximité de leurs chantiers ». La décision de déroger au repos dominical aurait aussi des conséquences sur le commerce de gros de quincaillerie, de sanitaire-chauffage, de matériel électrique ou de décoration. Constitué à 70 % de TPE et de PME, le réseau des entreprises de négoce des produits pour la construction serait, selon la FNBM, pénalisé lourdement par une décision qui favorisera les groupes financiers constituant le tissu des GSB et menacera le commerce de proximité auquel le négoce appartient. La fédération demande l’abandon  de ce projet.

Laisser un commentaire