Les présidentielles relancent le débat autour de l'ouverture des magasins le dimanche

Il serait amusant, en utilisant le même argument (enjeu de taille), de demander à ce que les agences (et tous leurs services administratifs) de la Caisse d’Epargne soient elles aussi ouvertes le dimanche. Les rédacteurs du site de la Caisse d’Epargne auraient alors certainement un avis plus tranché, que la possibilité « d’un débat », au sujet de l’ouverture des magasins le dimanche. Au fond, il serait tout aussi utile de pouvoir aller négocier un prêt bancaire le dimanche, cela ne favorise-t-il pas la consommation et offre des facilités aux clients indisponibles en semaine ?

Je pense qu’aucun des « partisans du dimanche » ne se rend compte qu’il risque d’ouvrir la boîte de pandore et de se voir rattrapé un jour « un dimanche », par une mesure qu’il destine, pour son confort personnel, aux autres. Commençons par interroger les conjoints et conjointes des salariés de la Caisse d’Epargne !
FR

Caisse d’Epargne, 26/3

La campagne présidentielle porte une nouvelle fois le débat du travail le dimanche sur le devant de la scène.

C’est la «loi Maillé» qui permet, depuis aout 2009, l’ouverture dominicale des magasins dans certaines communes et zones touristiques ainsi que dans certaines grandes villes.

Plus généralement, le Code du Travail prévoit la possibilité pour tous les magasins d’ouvrir cinq dimanches par an sur autorisation du maire ou du préfet.

La question continue de diviser : Faut-il autoriser l’ouverture des commerces le dimanche hors zone établie sans craindre d’abus de la part des employeurs envers les salariés?

Cependant, l’ouverture dominicale représente un enjeu de taille : Avec 730 000 entreprises et un chiffre d’affaires annuel de 1 400 milliards d’euros, le commerce représente en France 20% des emplois privés et 10% du PIB.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *