Repos dominical bafoué au centre commercial du Millénaire : des préfets n’encadrent plus ce droit

Liberté Politique, 3/12/12

« Et tous les dimanches en 2012. » Le centre commercial du Millénaire ouvert à Aubervilliers depuis avril 2011 affiche la couleur, celle de créer et de forcer la consommation le dimanche. Tous les dimanches. Au-delà des trois dimanches autorisés avant Noël. « Pour vous offrir le plus beau Noël » annonce le site. Jamais le mot « offrir » avec son cortège de sens liés au don et à la gratuité n’aura paru plus indécent !

Raison invoquée : le manque de fréquentation du centre à cause du retard pris par les travaux d’aménagement de la zone. Tout comme l’avait fait récemment le préfet Michel Cadot à la Mézière près de Rennes, le préfet Christian Lambert a donc volé au secours du centre nouveau-né. Ce haut fonctionnaire que L’Express, appelle « le nouvel homme fort du Président » vient, en effet, d’accorder par arrêté la dérogation qui jette de l’huile sur le feu, rallumant les hostilités dans un dossier qui se judiciarise de plus en plus. Maître Lecourt, avocat de l’intersyndicale du Commerce de Paris, s’insurge à juste titre annonçant l’effet domino de la décision préfectorale: « Voici que sept mois après l’ouverture du centre, le Préfet autorise pour un an, malgré les avis défavorables, un arrêté hors PUCE qui permettra l’année prochaine de légaliser un PUCE à Aubervilliers. Les commerçants alentour apprécieront.» Ces derniers ont d’ailleurs deux mois pour déposer un recours contre cette concurrence déloyale.

« Cadeau de Noël aux commerçants »écrit, satisfait, Les Échos passant sous silence l’opposition de la chambre de commerce et d’industrie. Le Medef 93 avait, quant à lui, fait connaître son soutien sans réserve. Qui s’en étonnera ? Et tant pis si l’on revient sans vergogne sur les promesses de 2004 de ne pas ouvrir le dimanche.

Les sociétés d’investissements spécialisées dans l’immobilier de commerce Icade et Klépierre peuvent se frotter les mains. Elles ont réuni leurs forces pour construire le centre commercial du Millénaire et louer cinquante-six mille mètres carré de commerces où s’ajoutent dix-sept mille mètres carré de bureaux, l’ensemble occupant cinq hectares. « Les revenus locatifs annuels devaient s’élever à vingt-quatre millions d’euros et offrir un rendement de six pour cent ». Pourcentage inespéré en temps de crise !

Le travail le dimanche ne peut pas avoir explosé : une manipulation de plus

Joint par l’AFSP, Joseph Thouvenel, Secrétaire Général Adjoint de la CFTC, voit plus qu’un symbole dans le nom du centre commercial par qui le scandale arrive: « Nous connaissons tous la folie des millénaristes : La fin du Monde aura lieu à la fin du millénaire. Pour les nouveaux millénaristes, le Monde n’a qu’une fin : la dévotion au Veau d’Or de la consommation. »

Des heureux dans cette décision, il y en a quoi qu’on dise, et pour lesquels l’or du Veau brille plus que jamais, au prix du rapt inique du repos hebdomadaire des salariés, accroc dans le lien social de la France. La fréquentation du centre en cause ? Vraiment ? En tous les cas, les bailleurs du centre se félicitent sur leur site internet d’une progression de leur chiffre d’affaires grâce au centre commercial du Millénaire : « Les loyers des centres commerciaux du 3e trimestre de l’année 2011 ont progressé de 6,2% par rapport au 3e trimestre 2010… Cette bonne performance résulte de l’ouverture de deux centres commerciaux au mois d’avril 2011 Le Millénaire à Paris et Aqua Portimao en Algarve (Portugal). » Cherchez l’erreur…

Chiffres et rapports chantent toujours le même air, relayé invariablement par les mêmes médias, la chanson d’un travail du dimanche qui n’aurait pas explosé. Le travail dominical ne peut pas avoir explosé puisqu’on en est seulement au stade de la création de consommation ce jour-là. La bataille autour du Millénaire avec ses combines en est la meilleure preuve. Qu’on s’en souvienne le 9 décembre prochain, quand la proposition de loi (LC n°1372) recadrant la loi Mallié reviendra en seconde lecture au Sénat. Le mot d’ordre de la CFTC doit retentir plus fort que jamais à nos oreilles : « Pas de courses le dimanche ! »

 

Hélène Bodenez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *