Les “guerrières du dimanche” ne lâcheront rien

Le Dauphiné, 10/10/11

Une nouvelle location-gérance pour les cinq ans à venir (avec uniquement la présence de volontaires pour travailler le dimanche) pourrait, cette semaine, ponctuer deux ans de lutte pour les six salariées de Dia (ex-ED). « On va y arriver sur Albertville, mais nous continuerons pour que le droit au repos dominical soit reconnu au niveau national », souligne la déléguée syndicale CGT, Corinne Pointet.

C’est en ce sens que les six Albertvilloises ont remis à Marie-George Buffet, venue les assurer de son soutien, des idées pour réformer la loi sur le travail dominical : « il faut, au moins, uniformiser la loi. Pourquoi, dans les villes de plus d’un million d’habitants, les salariés ont droit au libre choix, à être payé double le dimanche et à un repos compensatoire. L’idée est que les magasins en zone touristique et ceux bénéficiant de cinq dimanches d’ouverture exceptionnelle dans l’année puissent profiter de ces mêmes dispositions. Par la suite, il faudra voir comment limiter ces autorisations dans le code du travail », explique Bernard Anxionnaz, représentant local CGT.

« Je vais prolonger leur combat à l’assemblée nationale. Il faut qu’il y ait une loi, c’est de la responsabilité des partis de Gauche. Auparavant, l’ouverture du dimanche était une exception, c’est devenu banal », conclut Marie-George Buffet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *