Travail dominical : et si le Sénat disait non ?

Europe 1, 22/07/09

« La discipline de groupe, c’est bien gentil. Mais ça ne doit pas conduire à voter contre sa conscience »

André Lardeux, sénateur UMP, 22/07/09

C’est un texte voulu coûte que coûte par Nicolas Sarkozy : depuis mardi, le Sénat examine le texte sur le travail le dimanche, une disposition que le gouvernement espère voire définitivement adoptée avant la fin de la semaine, mais qui froisse une partie des sénateurs de droite. L’UMP ne disposant de la majorité au Sénat qu’avec les centristes, l’hypothèse d’un revers commence à poindre.

« Je pense que ce texte a pour vocation d’entraîner un changement progressif de société, de passer à une société à l’anglo-saxonne », argumente par exemple le sénateur UMP du Maine-et-Loire, André Lardeux. « La discipline de groupe, c’est bien gentil. Mais ça ne doit pas conduire à voter contre sa conscience. Ou alors je quitte le groupe », renchérit-il, au micro Europe 1 d’Antonin André :
{play}TD234804_BD.mp3{/play}

Mercredi, à la sortie du Conseil des ministres, Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement, préférait rester prudent sur la question :
{play}TD234883_BD.mp3{/play}

Dans le détail, la dernière mouture du texte sur le travail le dimanche autorise sous des régimes différents le travail dominical dans les communes touristiques et les grandes zones commerciales de Paris, Lille et Marseille. Il distingue notamment les communes touristiques, où le travail le dimanche peut être « de droit » et où aucune contrepartie en temps de salaire ou de repos compensateur n’est obligatoire.

 

Laisser un commentaire