A Dinan, division sur le travail le dimanche

Ouest-France, 09/07/09

Tous les commerces ouverts tous les jours de l’année. Sans jour de compensation, sans doubler le salaire des employés et sans leur demander leur avis. C’est en l’état ce que rendrait possible la proposition de loi du député UMP Richard Maillé pour les 500 communes françaises classées comme « zone touristique ». Saint-Malo en fait partie, pas Dinan. Reste que, pour Eric Fest, conseiller municipal délégué au cœur de ville, « Si Saint-Malo, la concurrente, ouvre ses commerces le dimanche, Dinan sera bien forcée de s’y mettre aussi. »

En mai dernier, trois enseignes dinannais, vendeurs de produits touristiques, avaient demandé à la préfecture plus de liberté concernant le droit du travail dominical. Par vote, le Conseil municipal, qui joue un rôle consultatif, avait repoussé l’initiative. À l’époque, Jean-François Arboli, propriétaire de La Boutique de Bretagne, promoteur du travail dominical pour les enseignes touristiques, s’en mord les doigts. Depuis le dimanche il doit, seul, faire tourner sa boutique. « En saison, le dimanche est un jour comme les autres, j’y réalise 15% de mon chiffre d’affaire ».

Dans un autre commerce de produits touristiques, un employé relativise : « Les propriétaires m’emploient déjà tous les dimanches, sans compensation de salaire, sans repos complémentaire, au mépris du code du travail. Sans se cacher, notre boutique fait de la concurrence déloyale. » Depuis deux mois, il dénonce la situation à l’inspection du travail. « J’ai laissé des messages, j’attends toujours qu’ils me rappellent ». En toutes impunités, les réglementations actuelles ne sont pas respectées… De quoi s’interroger sur l’utilité de nouvelles réglementations.

Benjamin HUGUET.

Laisser un commentaire