Copé : le "compromis" sur le travail le dimanche n'est qu'une "étape"

C’est Jean-François Copé lui-même, qui prend soin de prévenir. Les 10 dimanches ne sont qu’un début : « Lorsque cette loi sera votée, on pourra travailler plus aisément le dimanche. Mais ce n’est qu’une étape, il faudra continuer. » 

Le Point, 16/12/08

Jean-François Copé s’en prend violemment aux députés de l’opposition. Le chef de file de l’UMP à l’Assemblée nationale s’est dit « indigné, écoeuré du comportement de l’opposition à l’Assemblée ». « Les socialistes ne font pas du débat, ils font de l’obstruction », a martelé mardi matin sur RTL le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale. L’ancien ministre du Budget, qui a présidé la commission « pour une nouvelle télévision publique », évoquait les débats houleux qui ont animé le Palais-Bourbon à l’occasion du vote de la réforme du service public. 

L’esprit sera-t-il le même à l’occasion du vote du controversé texte sur le travail dominical? Le Parti socialiste a ainsi déposé la plupart des 4.000 amendements destinés à modifier une proposition que Jean-François Copé voit comme une « avancée ». Les principales  » solutions de compromis  » qu’il avait mises sur la table lundi ont pourtant été soigneusement écartées dans la soirée, lors d’une réunion à l’Élysée avec Nicolas Sarkozy et François Fillon. Mais l’ancien porte-parole du gouvernement Raffarin ne s’en soucie guère. « J’ai trouvé que ce débat était très intéressant. On a crevé nos abcès idéologiques à droite. » Le chef de file de la majorité à l’Assemblée reste confiant : « Lorsque cette loi sera votée, on pourra travailler plus aisément le dimanche. Mais ce n’est qu’une étape, il faudra continuer. » 

Interrogé enfin sur le report de la réforme du lycée par Xavier Darcos, révélé en exclusivité lundi par le point.fr , Jean-François Copé évoque un « pragmatisme » nécessaire. « L’art de gouverner, c’est aussi d’évaluer les situations », a-t-il assuré. « La mobilisation lycéenne est forte, il faut faire en sorte que ce ne soit pas à chaque fois un prétexte pour ne pas réformer ». Pour lui, « cet projet est essentiel sur le fond » mais « il faut réfléchir à la méthode, il faut être pragmatique ». Et celui qui n’a jamais caché ses ambitions présidentielles pour 2017, d’avouer : « J’apprends le métier. »

Laisser un commentaire