Amendement ConfoKéa v/s Professionnels du meuble : 2 à 0 !

Comme dans le cas de la Corrèze, les professionnels du meuble de Basse Normandie signent un accord rendant caduc l’amendement ConfoKéa, obtenue du Sénat au forceps par Luc Chatel et Isabelle Debré.

Ouest-France 9/12/08

Ils choisissent de ne pas ouvrir le dimanche

Bien que la loi le leur permette, les marchands de meubles Bas-Normands ont pris cette décision. Ils ont signé,un accord avec les syndicats.

La loi du 3 janvier 2008 autorise les magasins de détail d’ameublement et d’équipement de la maison à ouvrir tous les dimanches En Basse-Normandie, les commerçants de cette branche ont décidé de garder leur rideau baissé quarante-sept dimanches sur cinquante-deux.
Une fois n’est pas coutume, syndicats et patronat sont tombés d’accord pour défendre les « conditions de travail, maintien de la cohésion sociale et sauvegarde de la cellule familiale ». Hier matin, les patrons de la Chambre régionale d’ameublement et d’équipement de la maison (Craem) et cinq organisations syndicales CGT, FO, CFDT, CFTC, CFE-CGC ont signé un accord régional en ce sens, à Caen.

Ils refusent « de banaliser le dimanche, d’en faire un jour ordinaire. D’autant qu’en province, ouvrir le dimanche ne crée pas de richesses supplémentaires. Cela revient à un transfert du chiffre d’affaires de la semaine », souligne Jean-Pierre Catherine, président de la Craem de la Basse-Normandie, qui représente 178 établissements et 1 300 salariés.

Au cours de l’année écoulée, peu de magasins ont ouvert le dimanche de manière unilatérale. « Pour éviter la concurrence déloyale, les chefs d’entreprise sont demandeurs de ce type d’accord de branche », insiste Jean-Pierre Catherine. Les signataires entendent ainsi promouvoir également « l’emploi qualifié à temps plein ».

Les marchands de meubles conservent cependant la possibilité d’ouvrir cinq dimanches par an : deux précédant les fêtes de fin d’année, deux pour les soldes d’hiver et d’été et un dernier dont la date sera fixée collectivement. « On aimerait créer une opération spéciale, un moment festif régional autour du meuble. »

Aurélie LEMAÎTRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *