Les magasins de meubles entre deux chaises

Un article paru sur maprincipaute.com le 13/1/08

Depuis le 4 janvier, la loi Chatel autorise les magasins d’ameublement à ouvrir tous les dimanches. Une mini-révolution qui fait jaser mais qui ne semble pas du tout suivie par les grandes enseignes dans les Alpes-Maritimes pour l’instant.

« Nous n’ouvrirons pas nos magasins le dimanche », annonce la direction France de Conforama. Même discours chez Fly, Atlas, Habitat, XXL et chez Bô Concept, où, d’une seule voix, on se hâte de préciser au client qui pourrait s’y méprendre que, si la plupart des grandes enseignes du département sont ouvertes aujourd’hui, « c’est uniquement dans le cadre des soldes et donc à titre tout à fait exceptionnel » puisqu’« à l’heure actuelle, l’ouverture dominicale dans les Alpes-Maritimes n’est pas à l’ordre du jour ».

« Pas de réelle demande des clients »

Une position des grands groupes du secteur qui a de quoi surprendre alors, qu’au niveau national, « certaines enseignes comme Conforama et Ikéa ont fait le forcing pour obtenir cet assouplissement de la loi qui limitait jusqu’à présent les magasins à cinq ouvertures dominicales par an, en vertu des arrêtés préfectoraux », dénonce Jacques Kotler, patron régional de la Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison (FNÆM) et farouche opposant à la loi Chatel, « synonyme de mort pour les petits marchands de meubles des centres-villes ».

Ce n’est pas illogique pourtant, contre-argumente Stéphanie Mathieu qui défend la politique locale de Conforama : « Si la loi Chatel nous intéresse en région parisienne, ce n’est pas du tout le cas dans les Alpes-Maritimes où le rythme de vie n’est pas du tout le même et où il n’y a pas de réelle demande des clients sur le dimanche ». Une analyse partagée par Pascale Saækinger, directrice juridique de Fly : « En Ile-de-France, nous réalisons 30 % de notre chiffre d’affaires le dimanche. A Marseille Plan-de Campagne, c’est très intéressant aussi. Ce qui, a priori, ne sera certainement pas le cas dans les Alpes-Maritimes…».

La guerre est déclarée

Dans les Alpes-Maritimes, la loi Chatel ne servira-t-elle donc qu’à faciliter les ouvertures exceptionnelles des magasins d’ameublement en période de soldes ? Pas si simple. « Pour l’instant, c’est le statu quo dans la profession. Chacun observe ce que fera son concurrent », lâche Pascale Saeæinger, Une brèche dans laquelle s’engouffre Patrick Sztajnbok, le directeur de Ligne Roset : « Nos magasins n’ouvriront pas le dimanche. Mais si nos concurrents directs ouvrent, nous nous poserons alors la question de faire de même ». Et il devient carrément clair que le pacte de non-agression est fragile quand la porte-parole de Bô Concept confirme que « pour l’instant, l’ouverture dominicale ne nous semble pas intéressante mais que si les autres s’y mettent, on réfléchira ». Une menace qui sonne comme une déclaration de guerre pour Jacques Kotler. Pour contrer le leader local de la FNAEM prévient qu’il pourrait bien employer les grands moyens : « s’il le faut nous demanderons un arrêté préfectoral qui obligera tous les magasins d’ameublement à fermer le dimanche à l’exception de sept à huit jours par an ».

L.b. Monaco Matin

Leave a Comment